Histoire de la vigne en Touraine

22,00  TTC

Histoire de la viticulture tourangelle de 1830 à 1930 au travers de tous les grands bouleversements de la fin du XIXe siècle : mécanisation du travail, phylloxéra, classement des vignobles. Parmi les 1000 noms cités, le lecteur pourra retrouver un ancêtre vigneron, tonnelier, distillateur et découvrir tous les cépages qui firent la gloire de la Touraine. Ouvrage à consommer sans modération !

  • Auteur: James Derouet
  • Date de publication: 04/04/2013
  • ISBN: 9782916043562
  • Spécificités: 256 pages - 16,5 x 23,5 cm - Prix : 22,00 euros
UGS : Histoire de la vigne en Touraine Catégorie :

Description

Le département d’Indre-et-Loire dessine une feuille de vigne. Avec cette forme, le jardin de la France a pu durant des siècles s’enorgueillir autant de ses pampres que de ses roses, de ses vignobles que de ses châteaux, de ses crus renommés que de ses illustres écrivains et poètes. La plupart ont d’ailleurs rendu hommage aux vins rouges et blancs, aux vins tranquilles et effervescents de notre Touraine.
Cette histoire de la viticulture tourangelle se déroule le long de ses vignobles, autour des vins et des vignerons, de 1830 à 1930.
Une époque de profonds bouleversements. Les vignerons cessent d’utiliser la marre, cette sorte de pic avec lequel ils faisaient parfois un tintamarre pour annoncer la fin du travail, délaissent la charrue pour le tracteur. En 1882, le phylloxéra apparaît à Noizay chez Mme Baratin ; en 1883, un classement du vignoble est réalisé à l’instar de celui du Bordelais de 1855 sur les 65 000 hectares que comptait
notre département. Dans cette sélection, parmi les 173 communes retenues, les vins de Saint-Avertin sont classés premier cru et ceux de Montlouis deuxième cru. Il est vrai que la « Tête de Saint-Avertin » pouvait se garder 15 à 20 ans et avait une renommée nationale.
La viticulture a prospéré grâce à de grandes personnalités : Chaptal, les frères Mabille et leur pressoir… Et aussi grâce à des viticulteurs connus ou méconnus. Vous découvrirez peut-être parmi les mille noms cités, un ancêtre vigneron, tonnelier, distillateur… Les coteaux bercent des ceps aux noms gouleyants : Groslot de Cinq-Mars, Martineau Gloire de Touraine ou encore Côt précoce de Tours.
À consommer sans modération, que vous soyez néophyte ou ampélographe, amateur de vin ou oenologue, touriste ou descendant de Tourangeau, possesseur d’une modeste treille ou producteur récoltant de plusieurs hectares.

Additional Information

Weight 0.522 kg

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Histoire de la vigne en Touraine”